Mon forum test ~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:23

Je regarde le papier entre mes doigts, vacillant au gré de l'air soulevé pendant que je marche dans les rues. Pour une fois, elles sont désertes ; je suis sorti un peu plus tard que prévu de l'école de musique, tout le monde est sans doute déjà attablé en famille. Primrose m'a retenu, pour me remettre cette brochure, épurée, professionnelle, et pourtant suffisamment colorée pour ne pas être trop intimidante. « Lavandia — concours tremplin, jeunes musiciens — à partir de 12 ans avec autorisation parentale — venez concourir pour votre passion ! » indique modestement le texte en Berty Script et Century Gothic. Il paraît que je suis doué au piano. Il paraît. Il paraît aussi, d'après papa, que j'ai hérité de l'esprit de compétition de la famille. Il paraît. Mais l'idée même d'être entouré de tant de monde, pour quelque chose qui n'est pas vraiment une passion, mais juste une prévention de maman pour s'assurer que j'ai l'esprit occupé et que je ne me fasse pas mal dés qu'elle a le dos tourné, ne me plaît pas. Maman dit que la musique est une façon comme une autre d'anéantir douleur et colère. Je ne sais pas.

Je soupire, et lève les yeux vers l'horloge que l'on voit à perte de vue dans la ville, au sommet de l'église qui surplombe tout. Midi passé, évidemment, bientôt treize heures. J'ai les crocs, mais pas un rond. Je n'avais pas prévu le coup, pas prévu que Primrose verrait en moi un pianiste suffisamment bon pour participer à un quelconque tremplin. Alors qu'il y a des dizaines d'autres élèves, passionnés eux, et réellement doués, du genre qui ont de l'or au bout des doigts, c'est à moi qu'elle a pensé. Pourquoi ? Mes doigts se sont légèrement serrés sur la feuille. Elle s'est froissée. Je renifle avec mépris, quelque part déçu de moi-même. Déçu de n'être pas foutu de savoir ce que je veux. Participer... C'est tentant. Et maman serait la plus heureuse au monde si elle apprenait que son fils aîné avait, Arceus merci, hérité de son côté mélomane. Je crois que je ne lui en parlerai même pas. Elle me forcera à participer, si elle sait. J'espère juste que Primrose ne se mettra pas à l'esprit de lui en toucher mot, un de ces jours où maman vient m'attendre à la sortie de l'école. Sinon, c'en est fini de moi et de mes espoirs de jours paisibles, sans affaires de compétition et de trop-plein de foule.

J'entends des cris d'enfants, et je me retourne. La rue est quasiment déserte. Il fait chaud, pour une journée d'automne, et pourtant il y a comme un frisson qui remonte le long de mon échine, malgré ma veste. Je fourre le prospectus dans ma poche, y enfonce mes mains après avoir correctement redressé mon sac sur mon épaule. Et puis, je me désintéresse de ces cris dont je ne distingue pas la provenance —au moins, ils ont l'air heureux et rieurs. Je reprends ma marche dans les allées, vers la sortie de Lavandia. Avec un peu de chance, d'ici que j'arrive à Cimetronelle, je croiserai un marchand itinérant qui acceptera de me vendre un petit quelque chose pour les cinq pauvres petits dollars qui traînent dans la poche arrière de mon pantalon. Je bifurque dans une rue à l'ombre de bâtiments aux balcons fleuris, et entre lesquels sont étendus de longues cordes permettant de faire sécher le linge sous la brise quotidienne. Je sais qu'il y a un distributeur de sucreries et autres barres de céréales dans le coin. 

Le sol pavé résonne sous mes pas, et je m'y suis déjà bien engagé lorsque je remarque que je ne suis pas seul. Il y a un type, là, un peu plus loin. Dos à moi. Je sens quelque chose se fendre en moi. Quoi ? Il y a cette carrure, mince, digne d'un gringalet —comme moi ?—, et à peine plus grand peut-être que je ne le suis. Mais, surtout, il y a ces cheveux, verdoyants comme l'étaient —le sont ?— les siens, s'agitant au gré du vent et de ses mouvements, jamais coiffés, toujours sauvages et laissés libres à toute chose suspecte qui venait s'y glisser. Je hoquette. Non ? Je me crois figé, incapable de bouger, et pourtant une seconde après je m'élance vers lui, sans réfléchir. Mon sac me glisse de l'épaule, s'échoue sur les dalles du sol. Mes bras viennent d'eux-mêmes entourer le garçon, emprisonnant torse et bras dans un étau que je ne peux m'empêcher de serrer, de peur qu'il ne m'échappe. Mon visage, lui, est enfoui dans sa nuque, et je sens ses cheveux qui me chatouillent le front et les joues. « B-Belt ! Belt... » Et j'y crois. J'y crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:24

— Daeren, je vais aller faire des courses. Tu as besoin de quelque chose ?

Pas de réponse. Nithral répète son appel, mais la voix de son ami ne lui parvient toujours pas en retour. Le jeune homme finit par sortir de la salle de bain ou il se trouvait, se frictionnant jusqu'alors les cheveux humides avec une serviette. C'était sa première douche en une semaine à crapahuter sur les routes et le Légendaire qui le suivait comme son ombre ne lui avait pas vraiment laissé le choix lorsqu'ils furent installés dans la petite auberge abordable qu'ils avaient trouvé sitôt arrivés à Lavandia. Le Centre Pokémon n'avait plus de chambres disponibles, aussi n'avaient-ils eu d'autres choix. Et sitôt après avoir payé l'aubergiste – Nithral pleurnicha quelque peu sur ses économies qui partaient en fumée, râlant comme quoi la vie était bien chère dans cette région – Daeren l'avait poussé doucement vers la salle de bain, prétextant que cela lui ferait le plus grand bien. Et force est de constater qu'il avait raison ; le dresseur se sentait revigoré après cette douche chaude. Lui qui puait la sueur et la terre il y a encore moins d'une heure de cela, les cheveux emmêlés et sales, était désormais propre et humait bon le savon aux agrumes. 

Retournant dans la chambre, Nithral sourit d'un air attendri en découvrant son compagnon endormi en travers du lit, ses pieds dépassant du bout à cause de sa trop grande taille. Daeren semblait paisible, la bouche entrouverte et la respiration profonde. Le dresseur s'approcha doucement et le couvrit d'une couverture de peur qu'il ne prenne froid, ne pouvant s'empêcher de trouver son ami tout à fait adorable ainsi. Il devait être fatigué, cela se comprenait ils étaient sur les routes depuis longtemps et Daeren avait dû user de sa capacité Vol à plusieurs reprises, avec Nithral dans les bras qui plus est. 

Le jeune homme se pencha et caressa un instant les cheveux du Légendaire. Il prit ensuite un papier et un crayon, griffonnant rapidement un mot à l'attention de ce dernier si jamais il se réveillait avant son retour. Daeren avait fait beaucoup de progrès en matière de lecture, des ouvrages complexes n'étaient certes pas encore totalement accessible pour lui, mais ceci il le comprendrait aisément. Nithral enfila ses mitaines pour cacher ses mains rendues disgracieuses par les cicatrices et les brûlures, s'assura qu'il avait suffisamment de monnaie sur lui et ouvrit la porte le plus délicatement possible pour ne pas réveiller le Lugia paisible. 

— Reposes-toi Dae', je reviens vite, chuchota-t-il à son partenaire endormi. 

Il sortit, refermant le panneau de bois derrière lui. Nithral descendit l'escalier en laissant courir sa main sur la rambarde, saluant au passage l'aubergiste qui se trouvait derrière son comptoir et qui lui rendit un signe de main poli et chaleureux. Depuis leur confrontation avec Chronos dont le Stark gardait encore des cicatrices plus psychiques que physiques, il était devenu extrêmement méfiant. Il avait l'impression que chaque individu qui lui souriait lui voulait en réalité du mal et allait le ramener jusqu'entre les griffes d'Oswald. La simple vision de cet homme en son interne suffisait à le faire frissonner. 

Peut-être avait-il fait une erreur en s'interposant entre lui et Daeren... non. Peu importe ce que leur réservait l'avenir, Nithral ne regrettait pas. En aucun cas, il ne laisserait son pokémon, son meilleur ami, devenir un vulgaire meurtrier et s'abaisser au même niveau que des individus comme les subordonnés de Chronos. Tant que Daeren serait sous sa responsabilité, il ne laisserait pas une chose si affreuse survenir. Nithral avait suffisamment de sang sur les mains pour qu'ils n'aient besoin d'en ajouter de son avis. 

Marchant les mains dans les poches, le jeune homme se détendit progressivement. Les allées étaient désertes et humaient bon le parfum des fleurs. Tout était paisible. Hoenn lui apparaissait déjà bien plus accueillante que le souvenir cuisant que lui avait laissé Unys et qu'ils avaient dû quitter précipitamment. Ici, peut-être pourraient-ils enfin se reposer et prendre le temps d'explorer cette région dont Nithral ignorait tout. Peut-être rencontreraient-ils de nouveaux pokémon, qui sait ? Et l'enfant se surprit à espérer. Il s'était pourtant persuader après la mort que Kayla qu'il valait mieux pour lui ne plus se lier avec des pokémons, mais Daeren était survenu dans sa vie, chamboulant ses craintes. Le kantonien redressa quelque peu la tête. Il ignorait totalement quelque direction prendre, mais qu'importe, il se laissait guider par son instinct, choisissant une rue plutôt qu'une autre sur simple estimation de son ensoleillement ou de l'attraction architecturale qu'exerçait les balcons sur sa personne.

Et soudain le silence se brise, sa solitude paisible est brisée, d'un seul coup, alors qu'une présence inconnu pénètre dans sa bulle personnelle. Il n'a pas eu le temps de réagir, il ne l'a pas senti venir, trop perdu dans ses pensées. Si c'est un ennemi, je suis mort. Si c'est un membre de Chronos, je... Il doit se défendre. Il doit se protéger. Pour Daeren, pour lui. Avant qu'il ne se rende compte réellement de ce qui se passe, les mains de Nithral se referment déjà sur sur poignard, toujours accroché à sa ceinture, bien caché dans sa gaine. Sa respiration est vacillante, haletante. 

Et puis il réalise. Les bras de l'autre se referment sur lui. Par pour l'étrangler, pas pour lui faire du mal. Il... l'étreint ? Son visage s'enfouit dans sa nuque et Nithral sent son souffle chaud chatouiller son épiderme. L'autre prononcer un mot, non, un prénom réalise-t-il. Mais ce n'est pas le sien. Nithral reprends pied avec la réalité. 

— Je... Je ne suis pas... Pardon, je crois que je ne suis pas la personne que vous espérez... souffle-t-il, le cœur battant encore à tout rompre. 

Il réalise alors qu'il tient toujours le poignard. J'avais vraiment l'intention de... ? Il lâche l'arme comme si elle le brûlait soudain, appeuré par sa propre personne, parce qu'il aurait potentiellement pu faire. Le poignard rebondit sur les pavés dans un cliquetis métallisé. 
Kayla, qu'est-ce que je suis en train de devenir? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:24

C'est trop beau. Trop beau pour être vrai. Mais alors pourquoi j'y crois ? Pourquoi mon cœur tambourine dans ma poitrine ? Pourquoi mes yeux me piquent ? Pourquoi j'ai le vertige ? Quand mes parents m'ont envoyé consulter, ce type m'a dit que c'était difficile de faire son deuil si l'on se sent responsable. Et on se sent toujours responsable quand la mort s'invite auprès de ceux que l'on aime. Il me l'a dit... Il m'a dit que je verrai les fantômes du passé, que je l'entendrai parler, que je nous reverrai ensemble, tous les deux. Mais ce sont des illusions, m'avait-il affirmé. Des illusions qui blessent. Des lames tranchantes qui entaillent les chairs. Mais j'y crois, j'y crois parce que je ne veux pas que le mirage se ternisse, se dissipe. Belt est là, Belt est là. C'est impossible. Ça ne peut pas être vrai. Et pourtant je ne veux pas me dire que j'ai halluciné, que j'ai confondu, que je me suis bercé de faux avant de chercher à comprendre. J'ai peur de la chute. C'est un gouffre sans fond depuis qu'il n'est plus là, c'est savoir que je tombe, me prendre des coups contre les parois abruptes sans jamais trouver de prise ou m'accrocher. Et ça fait mal, putain. La vérité fait mal, les mensonges préservent. L'honneur, l'étiquette voudraient me voir préférer ce qui blesse, mais je ne suis qu'un lâche. Un putain de lâche, qui veut juste qu'on lui mente pour lui mettre du baume au cœur.

« Je... Je ne suis pas... Pardon, je crois que je ne suis pas la personne que vous espérez... » Je me fige. Mortifié. Il n'est pas celui que j'espérais. Il n'est pas... Il n'est pas Belt. Mon étreinte se resserre légèrement. Je tremble. Je sens que je vais perdre pied. J'y ai cru. J'y ai vraiment cru. Alors que je sais... Je sais... Je sais qu'il ne reviendra pas. On ne ment pas sur la mort. Je crois ? T'es con, Rhap ; t'es tellement con. J'entends un tintement métallique qui me surprend. Je vois l'éclat d'une lame qui luit sous le soleil. Je déglutis, le relâche et recule aussitôt. Il était armé. Un pas, deux pas, trois en arrière. Mon dos entre en collision avec le mur derrière moi. Et j'observe cet inconnu, sans vraiment le voir, et pourtant je distingue tout ce qui le différencie de Belt. Il était un peu plus en chair, plus grand que moi, il aimait porter ses cheveux un peu plus long, et il ne s'habillait pas comme ça. Il ne puait pas l'humain, non plus. J'écarquille les yeux. Un humain ? Je frissonne. Je le sais, pourtant, qu'il y en a même à Hoenn. Mais il n'a pas... la dégaine d'un humain, avec ses cheveux. Belt. Belt avait les mêmes. Belt n'était pas humain. Belt était un Vivaldaim. C'était une illusion. Ce type dans son cabinet avait raison, et je le maudis de n'avoir pas eu tort. Je ne l'ai jamais aimé, de toute façon. Je l'aurais voulu incompétent —ça n'aurait rien changé.

J'aimerais fuir. Quelque chose me retient ici. Peut-être juste cette sensation que je vais m'écrouler si j'esquisse un seul geste pour m'écarter du mur. Je lève la tête. Je vois du linge blanc qui s'agite au gré du vent, des oiseaux tout là-haut ; il y a dans l'air une odeur sauvage, fleurie, que j'adore ici, à Hoenn. La seule fois où j'ai quitté ma région, je n'en ai retenu que la peur et l'odeur du sang, de la sueur, de l'urine, des égouts ; l'obscurité et tout ce qui me file encore la nausée. J'ai peur. Peur des hommes et de leur folie. Mais lui, il en face de moi. Il n'a pas... S'il avait voulu me tuer, il l'aurait fait. Il a lâché son arme. Il ne la ramasse pas. Je n'approche pas. J'ai tenu un poignard, une fois ; mais je n'ai jamais blessé avec. Je n'aurais pas pu. Je suis incapable de tuer. Ce qui peut ôter la vie m'effraie. La vie qui s'échappe m'effraie aussi. Le sang... Je frissonne, chasse mes pensées dans un coin sombre de mon esprit, avant qu'elles ne parviennent à me filer la nausée. « Je suis... désolé. Je vous ai pris pour... quelqu'un... qui n'est plus là. » Je hoquette — les trois derniers mots m'ont échappés, sans que je ne parvienne à les retenir. Je secoue la tête, lève les mains, les agite dans de vagues mouvements inachevés, comme pour effacer ce que je viens de dire. Mais les mots sont gravés dans le marbre. « C'est sans importance... »

Et puis, je réalise. Lui aussi a l'air... l'air... perdu ? Hagard ? Quelque chose comme ça. Perturbé ? Choqué peut-être. Il me fait un peu de peine, je sens quelque chose qui se serre et se tord dans mon bide. Je ne sais même pas d'où ça vient. C'est un humain, bordel. Un putain d'humain. Mais Primrose aussi en est une, d'humaine. Je regarde à l'autre bout de la rue, là d'où je viens. Je pourrais m'en aller, le laisser là. Je pourrais... Mais je repose les yeux sur le type à la tignasse estivale, et je sais que je ne peux pas vraiment. Tout doucement, je m'avance vers lui —mes mains frémissent encore. Je ne le regarde que par à-coups, je suis obnubilé par le poignard gisant au sol —a-t-il déjà fait couler le sang ? Je n'ose pas le toucher, me baisser pour le ramasser et le lui tendre. J'ai trop peur de me saisir d'une arme qui blessé. Qui a tué, peut-être, aussi. Je me tiens à distance respectable, un peu inquiet. Mais pour qui, pour quoi ? « Vous... allez bien ? Vous êtes blanc comme un linge... » C'est toi qui dis ça, Rhap ? D'un geste de la main, je désigne les marches d'un perron, à trois pas de là. « Vous devriez vous asseoir un peu. » Je ne sais pas ce qu'il revient de faire dans ces cas-là. Alors je ne bouge pas. J'ai l'impression que c'est moi qui l'ai mis dans cet état. Je me sens responsable, encore. Et c'est peut-être pour ça que je ne parviens pas à m'en aller. On se sent toujours responsable, toujours responsable, ça minaude dans ma tête. Putain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:25

D'abord il s'accroche plus fort, ses doigts s'enfoncent sur son torse, dans la chaire maigre de se poitrine et les replis de son haut, comme si le lâchait équivalait à perdre pied. Comme si cette étreinte à l'arrière goût de désespoir pouvait le sauver. Nithral n'ose plus bouger, le cœur battant à tout rompre comme un cheval lancé dans un galop furieux. Il ne sait pas ce qu'il doit faire. Il n'est pas Belt. Mais il ne peut se résoudre à repousser l'enfant – car s'en est un, n'est-ce pas ? Il semble un peu plus petit, plus jeune, plus émotif que lui. Il n'en a pas besoin finalement. Car l'autre voit le couteau qui tombe au sol, entends son tintement métallique. Il prends peur. Nithral aussi. Non, non. Il ne voulait pas. Pourquoi il a encore cette chose avec lui après tout ? Il a l'impression que le sang aux teintes violacées de l'Abo se trouve encore dessus en regardant le soleil se refléter sur la lame. Mais ce n'est que son imagination. Il n'y a rien. 

L'enfant le lâche, recule. Nithral se tourne vers lui, déglutissant, n'osant faire un geste. Il a l'impression que s'il bouge, s'il ne respire ne serait-ce que trop fort, l'autre va s'enfuir, tel une biche effarouchée. Il ne veut pas. Il ne voulait pas lui faire peur. C'est la première fois qu'il fait cet effet à quelqu'un, qu'il voit la crainte dans le regard de celui qui l'observe. C'est désagréable. Il n'a pas l'habitude. Est-ce à cause du couteau, est-ce parce qu'il est humain ? Hoenn est une région ou les représentants du genre humain se font discrets et rares après tout. Nithral ravale sa salive, ne sachant quoi dire, n'osant regarder dans les yeux le garçon. Il a l'air si perdu, si... comme lui, un peu. Il voudrait que Daeren soit là. Lui sait apaiser les cœurs, tranquilliser les esprits et rassurer les enfants. Il a ce pouvoir en lui, c'est ce qui rend le Lugia si brillant et attirant, comme un doux rayon de soleil sous lequel on veut se presser pour ressentir sa chaleur.

Sa tête, doucement, se redresse à l'entente des paroles du jeune garçon. Quelqu'un qui n'est plus là... lui aussi, il a perdu un proche ? Sans doute. Cette personne devait être importante pour qu'il réagisse ainsi. Kayla... il se mordit l'intérieur de la joue. Il connaissait que trop bien la douleur de voir partout quelqu'un dont on savait pourtant que c'était impossible. Lui aussi, au début, il avait crû la voir. Au détour d'une ruelle, il lui semblait apercevoir sa chevelure flamboyante, mais ce n'était en fait qu'un rideau s'envolant par une fenêtre, balancé par le vent. Ou bien lorsqu'il entendait un dresseur nommer des attaques de type feu, lorsqu'il voyait de loin des jeunes filles, il ne pouvait à chaque fois de la chercher du regard parmi le groupe d'individus, en vain, il le savait pourtant. Les morts ne reviennent pas ; ils deviennent poussière et hantent les esprits, c'est tout. Le regard de Nithral se ramollit.  

— Je suis désolé de t'avoir donné un espoir... c'est toujours ça, le plus douloureux.

C'est étrange. Il ne parlait jamais de Kayla à quiconque. Hormis Daeren et son ami johtonien Kylian, évidemment. Ils étaient les seuls avec qui le dresseur se sentait assez à l'aise pour aborder le sujet. Il tâtonne sa poche par réflexe, cherchant le renflement rond familier. Mais non c'est vrai. Elle n'est plus là. Il s'en souvient, Oswald l'a détruit. Il n'a même pas pu l'emmener dans le désert Délassant. Il n'a même pas tenu sa promesse, jusqu'au bout, il l'aura trahit et déçu. Pardonnes-moi Kayla, tu méritais mieux.

Il se sent vaciller. La sueur coule le long de ses tempes et Nithral se frappa le coin de l'oeil du bout de deux doigts pour se forcer à rester concentrer. Il n'avait plus le droit à l'erreur, il ne devait jamais baisser sa garde. Chronos pouvait être n'importe où. Le danger l'entourait, constamment, la crainte de se faire prendre l'étouffait et le poursuivait tel un manteau de plombs alourdissant ses pas. Son regard tombe sur le couteau. Il entends l'autre, l'enfant. Il est toujours là. Pourquoi il reste ? Il ne sait pas, mais dans un sens, cela lui fait plaisir. Un peu. 
Nithral hoche la tête et sourit, faiblement. Pâle hein ? Il ne doute pas l'être en effet. Daeren... il voulait retourner auprès de lui. Mais il avait encore des courses à faire. Et puis le Lugia avait besoin de se reposer et il n'était même pas certain d'être capable de faire le chemin jusqu'à l'auberge en sens inverse. 

— O...Oui sans doute. Il faut juste que je... 

Il se baisse pour ramasser le grossier couteau de chasse, s'accroupissant. Mais ses doigts tremblent et l'arme lui échappe de nouveau, retombant au sol. Nithral se mords les lèvres. Ne tremble pas, n'ai pas peur. Mais il ne parvient à s'en empêcher. Les choses se mélange dans son esprit. Kayla, l'Abo, Daeren, Oswald... Le dresseur ravale sa salive. Sa vision se trouble un peu. 

— En fait, je devrai peut-être le jeter. Je ne sais même pas pourquoi je l'ai gardé... souffle-t-il, se parlant plus à lui-même qu'au garçon. Il se tourne vers lui, levant un regard peiné et humide sur sa personne alors qu'il est toujours agenouillé. Comme un chevalier prêtant serment de fidélité et de protection à son Roi. Pardonnes-moi. Tout à l'heure je... je n'avais certainement pas l'intention de retourner cette arme contre toi. Jamais je n'oserai... mais ces derniers temps j'ai l'impression que je perds pied, de plus en plus. 

Il vit dans la crainte de voir Daeren se faire de nouveau arraché à lui, de le mettre une fois de plus en danger. Il tremble à l'idée qu'Oswald ne le trouve et revienne le chercher. Il a peur, constamment, et c'est épuisant d'être sur ses gardes, perpétuellement. Mais il ne peut pas se relâcher, pas encore. Il doit protéger Daeren. Il est le dresseur, c'est à lui de prendre soin de son ami. C'est à lui d'être fort.
Oui, mais comment être fort, comment protéger quand on a le sang d'autrui sur les mains ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:25

Espoir. C'est toujours ça, le plus douloureux. Le plus douloureux. Ô combien ça l'est. Ô combien j'ai pu espérer, au détour d'une allée à Cimetronelle, le voir courir, pieds nus dans la terre meuble ou sur les ponts ; ô combien de fois j'ai cru discerner sa silhouette, par delà la fenêtre de sa chambre, dés que je passais près de sa maison. Aujourd'hui, je n'y passe plus, je l'évite, parce que j'ai compris qu'il n'y a plus rien sinon son fantôme. Celui de son frère, aussi. De plus en plus, leur parents songent à vendre, à partir. Ça fait quatre ans, et je sais qu'ils crèvent d'être ici, comme moi j'en crève aussi. C'est quelque chose de difficile, je crois. Partir. Renoncer, s'enfuir, tourner le dos parce que l'on n'a plus la force de regarder en face mais qu'on refuse de baisser la tête. Ce que je fais constamment. Baisser la tête, pour ne pas voir tout le reste. Pour cesser d'espérer. Je serre les poings, et je prends une profonde inspiration. Rien ne sert de ressasser le passé, qu'ils disent. Mais comment... comment oublier ? Il était là, il était là, et je l'ai laissé. Je n'ai pas insisté pour qu'il sorte, pour qu'il vienne avec nous dehors. Je l'ai laissé, alors que, peut-être, ô Dieu, peut-être, j'aurais pu le sauver. Je ne le saurai jamais. Et c'est ça, le pire, je crois. Ne pas savoir.

Il sourit, le type en face, celui qui m'a, l'espace d'un instant, tellement rappelé Belt. Il sourit, mais c'est un sourire cassé, brisé, qui a du mal à exister. Je frissonne ; il me fiche froid dans le dos. C'est comme si je faisais face à un précipice, et que, si j'avais le malheur d'esquisser le moindre geste, ce serait me condamner à une chute mortelle. Je n'ai pas peur du vide, pourtant. Mais j'ai peur de ce gouffre qui vit à l'intérieur de ceux que la souffrance d'avoir trop aimé, d'avoir trop voulu et d'avoir trop perdu a tués. C'est l'impression qu'il me donne. Il a le regard de ceux qui ont vu leur lumière s'éteindre sans pouvoir la retenir au creux de leurs mains, au creux d'eux-mêmes. Ça fait écho en moi, et c'est douloureux comme jamais. Ça fait mal au fond, de rencontrer quelqu'un qui a l'air semblable à soi. Ça fait mal, au fond, de se dire que d'autres souffrent à en crever, d'une douleur que l'on ne souhaite à personne. « C'est sans importance... » je répète. C'est un murmure, un murmure tellement faible que je ne suis pas certain qu'il ait pu l'entendre. Je crois que c'était plus pour moi que pour lui, mais je ne sais même pas pourquoi. 

Il se baisse pour récupérer son bien, mais l'arme lui échappe encore des mains. Comme si... comme s'il ne devait plus la toucher ; comme s'il ne pouvait plus la toucher. Je suis comme hypnotisé par le reflet qui s'agite, et puis s'immobilise. Il parle. Il parle mais je n'écoute pas vraiment, jusqu'à sentir son regard qui pèse sur moi. Et je lève les yeux, même s'ils ne cessent de revenir sur cette lame capable d'ôter la vie, maniée avec de mauvaises intentions. Ou même involontairement. Je déglutis. Pense pas, Rhap, pense pas. « Pardonnes-moi. Tout à l'heure je... je n'avais certainement pas l'intention de retourner cette arme contre toi. Jamais je n'oserai... mais ces derniers temps j'ai l'impression que je perds pied, de plus en plus. » Je retiens un hoquet ; j'ai cru m'entendre. Je perds pied. Combien de fois l'ai-je pensé, l'ai-je dit, l'ai-je senti ? Lentement, je m'accroupis à ses côtés, et je tends la main vers son épaule, hésite. Ai-je le droit ? Je l'y pose, l'espace d'une seconde, et puis la retire, tout aussi vite. Ce contact était comme brûlant ; je n'ai pas aimé. Je n'ai jamais été tactile, jamais été doué pour réconforter. Pas la meilleure oreille, ni la meilleure épaule. Tu sers à quoi, alors, Rhap ? Allez savoir. « Je sais ce que c'est... Je suis désolé... » Je ne suis pas capable de plus.

Tout doucement, et comme si elle risquait de me mordre, je me saisis de la lame luisante. Je prends soin de ne pas me blesser avec, et j'en tends la garde à l'homme en face de moi. « C'est moche à dire, mais j'crois que dans un monde comme c'lui-là, on a besoin d'être protégé... Ce... Cette arme pourrait servir... » Je dis ça, mais si c'était tuer ou mourir, je crois que je serais encore incapable d'ôter la vie de mes propres mains. Je me relève, et je jette un regard aux distributeurs de boisson, un peu plus loin, qui me narguent impertinemment, moi et mes trois petites pièces de fond de poche. « Pose-toi sur les marches, là, j'reviens. » J'indique le perron derrière lui, et puis je m'en vais récupérer mon sac abandonné dans l'allée, pour en tirer l'argent qu'il me reste. L'instant d'après, je glisse les quelques ronds dans la machine, et elle laisse tomber deux petites canettes fraîches. Je rejoins l'inconnu, je m'assois sur la marche. Pas trop près de lui, mais pas trop loin non plus. T'es pas seul, mec. Je ne le dirai pas. Mais c'est vrai, il n'est pas seul ; je n'ai pas envie de partir et de l'abandonner à son sort, de l'abandonner à sa douleur qui ne m'échappe pas. 

Je lui tends l'une des canettes, et j'ouvre l'autre pour en boire une gorgée. C'est histoire qu'il ne s'évanouisse pas devant moi —parce que putain, il avait vraiment l'air d'en être à deux doigts. Mais je crois que ça me fait du bien aussi, de me poser un peu. « J'espère que t'étais pas pressé. J'comptais pas te retarder. » Je me rends compte à cet instant que j'ai laissé tomber le vouvoiement. Comme s'il y avait eu un déclic, comme si ses mots, cette compréhension que j'avais finalement devinée chez lui avait eu raison de cette soumission inconsciente dont je faisais preuve. Nous sommes tous les mêmes, face à la mort. Je m'amuse à appuyer sur un côté de ma canette, elle se tord et puis reprend sa forme originelle, dans un petit cliquètement ténu, régulier, qui m'apaise et me fascine d'une certaine façon. « Sinon, moi c'est... Flynn. » Légère hésitation. Mais c'est un humain. Il en a l'odeur. Je ne peux pas prendre de risques inutiles. Ce serait trop con. « Et toi ? » Je penche la tête, j'esquisse un sourire. Je ne sais pas s'il est vrai ou s'il ne l'est pas, celui-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:26

Au fond, pourquoi il l'avait de base ce couteau ? Ah si. C'était sa sœur qui lui avait offert. Dorothy, sa tendre, sa précieuse. Comme la Miaouss lui manquait. Le temps où ils étaient tous deux des enfants innocents lui semblait si loin désormais. Nithral avait l'impression d'avoir vieilli de dix ans en l'espace de quelques semaines seulement. Les récents événements avec Chronos surtout, l'avaient propulsé dans un univers dont jusqu'à présent il entendait parler de loin via les informations. Il n'aurait jamais crû que lui, pauvre petit dresseur sans histoire venu du fond de sa Kanto natale, se retrouverait à devenir la cible d'une des plus grosses organisations criminelles de ce monde et aurait même un face-à-face avec le chef de celle-ci. Il frisonne un peu. Le souvenir d'Oswald le hantait toujours, ne voulant le lâcher. Il était parvenu à s'arracher aux griffes du fantôme de Kayla, pour mieux le remplacer en fin de compte. 

Il s'égare. C'est souvent ces derniers temps. Le regard de Nithral agrippe de nouveau le couteau, sans qu'il ne le touche pour autant. Dorothy l'avait acheté pour fêter l'obtention de son diplôme de dresseur, avec ses petites économies -et l'aide des parents tout de même. Et cette lame, offerte par sa cadette, avait été retourné contre d'autres êtres vivants ; pire, elle avait ôté la vie. Jamais il ne pourrait avouer une chose pareille à sa famille. Jamais il n'avouerait à ses parents que leur précieux fils est un vulgaire meurtrier. 

Un contact. Fugace, hésitant, mais bien réel. Suffisant pour le ramener, pour le raccrocher à la réalité. Nithral leva les yeux vers le jeune garçon, qui venait de poser sa main sur son épaule. Les lèvres du dresseur s'étirent dans un sourire doux et sincère alors que son regard se ramolli et se détends. 

Merci... J'imagine que pour toi aussi les choses ne sont pas simples. 

Tu as le même regard que moi, se retient-il d'ajouter. Et bizarrement, il se sent plus proche en cet instant de cet enfant que de n'importe qui d'autre. Cela ne dura qu'une poignée de secondes, mais ce fut suffisant pour que Nithral le considère avec d'avantage d'attention. Ses yeux se baissent sur l'arme que lui tends le garçon. Il hésite, mais fini par tendre la main pour l'attraper. Le contact avec le manche du couteau l'électrise, mais il serre les doigts et tient bon. Il hoche la tête et fini par glisser de nouveau l'arme blanche dans sa gaine, à sa ceinture. Oui. Il avait fait le serment de protéger Daeren après tout. Il avait découvert qu'il n'était pas totalement inutile, qu'il était capable de plus qu'il ne l'aurait imaginé. Il s'était dressé devant l'adversité. C'était tout nouveau pour lui, mais Nithral avait finalement comprit que la force, ce n'était pas forcément connaître les plus puissantes attaques ou avoir un meilleur flingue. Non. La force, c'était la capacité de faire face à ses peurs et de combattre même les choses qui nous paralyse.

Il s'assoit ensuite sur les marches, attendant le retour du plus jeune. Quelques minutes plus tard, une canette entre dans son champ de vision. Il la prends, hésitant, se demandant presque s'il avait vraiment le droit. Finalement il esquisse un sourire en coin.

— Ah, merci. tu te répètes mon vieuxNon j'étais juste parti faire quelques courses mais je me suis perdu... On vient d'arriver alors je connais pas du tout le coin en fait, explique-t-il.

Il prends une gorgée et bon sang c'est vrai que ça fait du bien. Son regard croise celui du gamin. Il doit être à peine plus jeune que lui en fait. 

 Enchanté alors, Flynn. Moi c'est Nithral, je suis dresseur. 

Il réalise après coup que sa profession n'étant guère apprécié dans la région, il risque d’apeurer de nouveau le plus jeune. Ce n'était pas son but, alors qu'ils commençaient juste à parler qui plus est. Le Stark lève donc ses mains en signe de paix.

— Ah, mais ne t'inquiètes pas ! J'aggrave sans doute mon cas en disant cela, mais je n'ai vraiment pas l'intention de te faire quoique ce soit. Enfin, je suppose que tu es un pokémon ? 

Outre le fait qu'ils étaient à Hoenn, il était tout de même fils et frère d'hybride. Il savait reconnaître généralement ces derniers, qui se distinguaient de l'humain par quelques subtilités. Les réactions sauvageonnes du garçon, sa manière de 'renifler' semble-t-il son odeur pour le juger et surtout ses yeux si particuliers... tout cela le laissait croire qu'il avait une créature hybride sous les yeux. Nithral sourit doucement, se détendant peu à peu, ses moues plus sincères désormais. Il se sentait à l'aise avec Flynn. Ses méfiances naturelles se dissipent pour laisser place à la curiosité, l'envie d'en savoir un peu plus sur cet enfant qui lui ressemblait tant, qui semblait avoir vécu des choses suffisamment similaires pour comprendre parfaitement ses états d'âmes. De toutes manières, il avait plus peur des humains que des pokémons. Ironique non ? Effrayé et traumatisé par sa propre espèce. Mais de par les origines respectives de ses parents, Nithral ne s'était jamais vraiment considéré totalement Homme. Un espèce d'entre-deux, ni pokémon ni humain. Sa tolérance venait peut-être de là. Son impression d'être perdu de ne pas savoir qui il est vraiment aussi. De n'avoir sa place nul part.

Soupir. Il reprend une gorgée, serre un peu la canette entre ses doigts. Ses brûlures le démangent un peu, mais il n'ose pas retirer ses mitaines. Peu de gens ont déjà vu ses cicatrices. Encore une chose qu'il préfère cacher, qu'il n'assume pas. T'es vraiment un lâche Nithral, tu sais. Oui. 

 J'aurais aimé naître hybride, moi aussi. Mais c'était cinquante-cinquante et j'ai pris les gènes humains de mon père au final.

Il parle, ne sait pas bien pourquoi il lui dit tout cela. De toutes manières, c'est un inconnu -ou justement pas tant que cela par leurs ressemblances. Et Nithral sait, il sent au profond de lui-même, que Flynn ne lui fera pas de mal. Il en est convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:26

Pas simples. Pas simples, et c'est un euphémisme pour parler de ce qui bouillonne là-dedans, dans le creux de ma poitrine, dans le creux de mon estomac. On n'est pas prêt, à douze, treize ans, à affronter la mort de quelqu'un que l'on aime. On n'est jamais prêt, en vérité. La faucheuse arrache les êtres chers à ceux qui les ont au cœur, c'est la roulette russe et c'est à qui s'éteindra en premier, stoppé en plein rêve, ailes brûlés, yeux vitreux, souffle inachevé demeuré en suspens à tout jamais. J'ai souvent eu l'image flottante d'un Belt, assis sur son lit, canon sur la tempe. Qu'est-ce que c'a été, pour ses parents, d'entendre le coup de feu dans la pièce d'à-côté ? Qu'est-ce que c'a été, pour eux, de découvrir leur fils, parti sans un dernier au revoir et sans retour en arrière possible ? Est-ce que sa main a tremblé ? Est-ce que son doigt a ripé ? Je me suis souvent demandé. Je me suis souvent dit, aussi, qu'il serait peut-être vivant si son frère n'avait pas laissé cette arme à portée de son cadet, s'il n'avait pas traîné dans ces affaires glauques qui lui ont finalement coûté la vie. Je crois que je lui en veux, un peu. Beaucoup. S'il fallait un responsable à la mort de Belt, je crois que ce serait lui ; ce frère qui a failli aux engagements que lui obligeaient son titre d'aîné. J'y ai failli aussi, au fond. Peut-être bien que je ne vaux pas mieux que lui. Je frissonne. Oh, Soliste, pardon. Mais ce ne sera jamais suffisant.

« Enchanté alors, Flynn. Moi c'est Nithral, je suis dresseur. » Je me fige. Dresseur ? Je n'ai pas su retenir mon mouvement de recul, et ma canette a manqué s'échapper d'entre mes mains. Je l'ai retenue, mais un peu de son contenu a débordé. Elle goutte, et si je n'épargne pas mes mains, je sais au moins éviter le désastre à mes vêtements. Du coin de l’œil, je vois l'humain qui s'agite, reprend la parole. Comme pour se rattraper. « Ah, mais ne t'inquiètes pas ! J'aggrave sans doute mon cas en disant cela, mais je n'ai vraiment pas l'intention de te faire quoique ce soit. Enfin, je suppose que tu es un pokémon ? » Je lève les yeux vers lui, le regard sans doute plus dur qu'auparavant. Je suis tendu en vérité, et je ne sais pas ce qu'il convient de dire. Je ne suis plus en sécurité à Hoenn, depuis bien longtemps, et même si je cherche à le croire. Même cette région si sauvage qui représente tout ce que j'aime n'est plus un lieu sûr. Et il y a ces prunelles améthystes, cruelles, assurées, qui flottent sans cesse devant moi, comme pour me rappeler qu'un jour, il viendra me chercher, me trouver, d'une façon ou d'une autre. Il saura me briser, s'emparer de moi pour satisfaire cet autre type, le blond, celui dont les yeux ont la couleur du sang ; ce sang que je ne veux plus voir. Je baisse la tête, dissimule mon propre regard derrière mes mèches sombres et mal peignées. « J'en suis bien un... »

Il y a un léger silence, pendant lequel je m'autorise à boire un peu. Je ne me sens pas véritablement en danger avec lui ; j'aurais pu partir à l'instant même où je l'ai deviné humain, si je m'étais senti menacé. Mais ce n'est pas le cas. Parce qu'il y a quelque chose de différent, en lui. Ou c'est juste parce qu'il a connu la mort de quelqu'un qu'il aurait voulu éternel, lui aussi. Je ne sais pas. « J'aurais aimé naître hybride, moi aussi. Mais c'était cinquante-cinquante et j'ai pris les gènes humains de mon père au final. » Je penche la tête, de sorte à pouvoir le distinguer entre mes cheveux éparpillés sur mon front. Cinquante-cinquante. C'est peut-être ça, alors, aussi. Peut-être que je me sens plus proche de lui que d'autres humains parce qu'il a manqué ne pas l'être. Il aurait pu être un de mes pairs. Ça aussi, c'est la roulette russe. J'aurais pu naître Miaouss. Mais je suis né Evoli, je suis devenu Noctali, et je crois que je n'aurais pas voulu être autre chose que ça, en vérité. C'est ce à quoi j'étais destiné. J'aime ma condition, même si elle m'en a coûté —même si elle m'en coûtera peut-être à nouveau. « C'est... dangereux. D'être un hybride. Même ici... même à Hoenn. » Je soupire, me redresse pour regarder le ciel entre les toits des bâtiments fleuris. « Rien n'est plus sûr... Nulle part. » J'esquisse un sourire, mais je le devine factice et sans joie. « C'est flippant, en vrai. »

Je bois une nouvelle gorgée de ma canette, et puis je passe une main dans mes cheveux, pour les ramener un peu en arrière et libérer ma vue de ces obstacles. Coudes sur les genoux, j'agite le récipient métallique, je fixe le mouvement régulier, fascinant, distrayant. J'ai peur que le silence devienne gênant, mais je ne sais plus vraiment quoi dire. Pour autant, je n'ai pas envie de partir, pas envie de le laisser là. C'est comme si m'éloigner me ferait louper quelque chose ; et je ne veux pas. Alors, je me racle la gorge, avant de balancer dans le vide la première chose qui me passe par la tête, aussi stupide soit-elle : « En vrai, t'as un prénom hyper 'strange, tu sais ? J'suis même pas sûr de savoir le prononcer correctement. » Et puis je ris. C'est à peine audible, mais c'est bien réel. T'es tellement bien placé pour parler, Rhap. J'ai essayé de détendre l'atmosphère, de ne plus parler de ces dangers qui rôdent, partout, même dans ce que j'imaginais être un havre de paix que rien ni personne ne saurait défaire, corrompre ni souiller. Je secoue la tête, pour ne plus y songer. « Du coup, tu vis dans un coin posé ou t'es le genre dresseur qui parcourt le monde ?» Et puis, rien qu'une question de plus, curieuse, intéressée. « Elle est quoi, ta mère, comme Pokémon ? » Le pire ? C'est que ça paraît totalement absurde qu'il soit un humain, avec sa tignasse. Digne d'un Vivaldaim d'été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:27

Son mouvement de recul ne lui avait pas échappé. Evidemment. Il avait peur. Peur de l'humain qu'il était, du danger qu'il pouvait représenter. Ici plus qu'ailleurs encore, les membres de son espèce n'étaient pas spécialement bien vu. Nithral en était conscient. On lui avait dit de faire attention, de ne pas ébruiter sur tous les toits qu'il n'était pas un hybride. Heureusement, avec sa couleur de cheveux inhabituelle, on le prenait facilement pour un pokémon de type plante, par exemple. Cela l'aidait à se fondre dans la masse. Mais pas à se faire oublier, songea-t-il amèrement. Il était recherché désormais, par une organisation dangereuse qui plus est. Enfin, il supposait l'être. Oswald n'avait pas clairement dit qu'il le retrouverait, mais le chef de Chronos n'allait supposément pas laisser un gamin dans son genre se balader librement en connaissant son véritable visage ainsi que ceux de plusieurs de ses lieutenants. Nithral frisonne un peu, se frotte les avants-bras et bois une gorgée pour chasser ces pensées comme il le peut. Il a encore du mal à comprendre pourquoi le sort s'acharnait sur lui, pourquoi c'était un pauvre petit gars comme lui qui se retrouvait imbriquer dans ce genre d'histoires qui le dépassait pourtant totalement.

Mais les choses étaient arrivées désormais et ne pouvaient plus être défaites. C'était ainsi. Il fallait continuer à avancer, aller de l'avant. C'était toujours la même chose de toutes manières. Derrière le bord métallique de la canette qu'il mordillait un peu, Nithral relève légèrement l'extrémité de ses lèvres et son regard se ramollit. Au moins n'était-il pas seul. Il avait Daeren, son précieux, si précieux ami. Il était probablement le seul en qui il avait vraiment confiance désormais. Le seul qui ne le laisserait jamais, il le savait. L'humain tourne un peu la tête. Flynn est toujours là. Ses yeux sont plus durs, presque accusateurs. Il le juge, il cherche à savoir s'il doit se méfier ou non. Il lui en veut d'être humain. C'est normal. Nithral lui-même n'aime pas sa propre espèce, il en a peur et doit la fuir même. Cependant, malgré tout, il sourit au jeune hybride qui avoue ses origines à demi-mots. Il n'a pas fuit.

Il l'écoute, se retrouvant affreusement dans ces paroles. Il a l'impression de s'entendre penser. C'est flippant. Combien de fois là-t-il penser ? Combien de fois a-t-il mordu son sac de couchage pour retenir ses larmes, terrorisé ? Il ne sait plus, ne compte plus. Nithral a peur de ce monde qui est fou, il a l'impression de n'être à sa place nul part. Il ne sait plus qui il doit croire, qui il doit aider. 

 J'ai peur, déclare-t-il à voix basse, comme s'il révélait un terrible secret connu de personne. J'ai tout le temps peur tu sais. De ce monde. De ce que font les humains, les pokémons. Et plus que tout, j'ai peur de moi-même.

Il presse avec son pouce la canette, déformant l'aluminium, songeur. Pourquoi il lui dit tout cela ? Peut-être parce qu'il est à même de comprendre, parce qu'il ressent des choses similaires. Il lève un peu la tête, regarde le ciel et constate seulement à cet instant qu'il a oublié sa casquette. Elle doit être toujours à l'auberge, posée sans doute sur le lit ou bien à côté. Il se fustigea intérieurement pour cet oubli. Ses cheveux étaient trop reconnaissables et si ça le faisait passer pour un humain au regard des habitants de la région, cela le rendait également plus visible qu'un point lumineux dans la nuit pour les membres de Chronos. Il se mord la langue. Ne pas y penser... Aussi difficile que ce soit, il devait arrêter de vivre dans la terreur de se faire attraper à chaque instant, à chaque coin de rue. Ça le bouffait. 

— Mais... même si c'est flippant, y a des choses qui en valent la peine quand même. 

Tout ça, tout ce qu'il avait traversé jusqu'à présent, n'avait pas été vain. Ne serait-ce que par respect pour la mémoire de Kayla, il n'avait pas le droit de penser cela. Elle l'aurait sûrement frappé à l'arrière du crâne si elle avait été là, le secouant pour lui dire de se reprendre. 

Et soudain, la voix de Flynn. Le rire de Flynn. Et Nithral est tellement surpris de ce changement de ton, de cette remarque innocente et déviante, qu'il ne peut s'empêcher de s'esclaffer aussi. Et ça fait du bien putain. Il a l'impression de ne pas avoir rit depuis une éternité et peut être bien que c'est le cas. Mais c'est bon. Le dresseur rétorque, en retournant sa canette au-dessus de sa bouche pour recueillir les dernières gouttes ;

— Plaints-toi à mes parents pour le prénom. Je sais pas ce qu'il leur est passé par la tête ce jour là, sérieux. Ça se prononce “Ni-fra-leuh”. Mais ma sœur m'appelle Nity, parce qu'elle arrivait jamais à le dire. 

Il repose la canette par terre, à côté de lui. Nithral... c'est vrai que c'est un prénom bizarre. Il ne sait pas d'où ça vient en fait, il ne sait même pas si ça existe. Ce serait bien le genre de ses parents d'inventer complètement un prénom, juste pour l'originalité. Il se retourne vers Flynn, écoutant ses questions. Le changement de sujet lui fait du bien. Ça le distrait.

— Non, je viens de Kanto. Ça fait... plus de trois ans que je suis parti maintenant. Il se frotte la nuque. Il réalisait seulement que tant de temps s'était écoulé depuis son départ. En fait je suis parti parce que je ne savais pas bien quoi faire d'autre. Je voulais juste... voyager, trouver peut-être un endroit ou je me sentirais bien et surtout.. surtout me faire des amis. 

C'était ça, le grand but. Devenir dresseur, ce n'était pas pour la gloire ou autre. Non, il s'en fichait. Au début c'était simplement pour faire comme son meilleur ami. Et finalement, un jour il avait eut la révélation, en classe, pendant un cours sur le Pacte. Cette chose tellement forte et incompréhensible qui liait un dresseur à son pokémon au point de leur faire partager des émotions, de sentir la joie et les peines de l'autre. Cela résonna dans le cœur du jeune adolescent de l'époque. Lorsqu'il noua son pacte avec Kayla d'abord, puis ensuite Daeren, ce fut les expériences les plus incroyables de son existence. Même là, alors qu'il dormait à l'auberge, Nithral percevait la présence de Daeren, lointaine mais présente, pareille à la caresse un vent chaud, à ses côtés. Le Légendaire est paisible, signe qu'il est probablement toujours assoupi. 

Pour le reste, il avait dix-huit ans. Il ne savait pas ce qu'il voulait faire de sa vie. Déjà, s'il pouvait ne pas mourir, cela lui paraissait pas mal. Nithral secoua un peu la tête, passant à la question suivante. La mention de sa génitrice le fait sourire intérieurement alors qu'il pense à elle, se figurant son image dans son esprit. Cela faisait trop longtemps qu'il ne l'avait vu et il se promit de bientôt repasser à la maison, peut-être prendre quelques vacances là-bas bien méritées même. Daeren serait sans doute content aussi. 

— Ma mère est une Persian. D'ailleurs ma sœur a pris ses gènes hybrides contrairement à moi. Il se tourne vers Flynn. Ok, à mon tour maintenant. T'es quoi comme pokémon ? Je dirais hm, un type Ténèbres à l'instinct. T'as quelque chose d'apaisant et d'angoissant à la fois, comme la nuit. Et t'es du coin du coup, tu as toujours vécu à Hoenn ?

On s’interroge, on se questionne. On apprends à se connaître. Parce que peut-être que quelque chose de beau et de fort peut naître de tout ça. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:27

J’ai peur. J’ai peur. Je me suis souvent entendu le penser, trop pour que ce soit sain, et rarement le prononcer. C’est difficile, d’abattre cartes sur table, de dévoiler ses faiblesses, de les exprimer à voix haute et, de ce fait, de les rendre réelles. Tant qu’elles ne sont que dans la tête, ça reste quelque chose d’abstrait, de pas tout à fait dessiné, de pas tout à fait vrai. Mais, le jour où on les prononce, le jour où elles sont dites à voix hautes, elles se matérialisent, elles prennent forme, et c’est peut-être pire encore que de les étouffer. Ce type derrière son bureau me disait qu’avouer ce qui nous pesait sur le coeur permettait de l’alléger et d’avoir moins mal ; je ne sais pas s’il dit vrai. J’ai l’impression que rien n’a changé, même après qu’il m’ait forcé à dire le pire. « Mon meilleur ami est mort », un jour, et puis l’autre : « A cause de moi, ma soeur est entre les mains de pauvres types qui pourraient la buter de sang froid si l’envie leur en prend. » Ça ne m’a pas rendu les choses plus faciles. Mes terreurs se sont mises à vivre, à respirer au rythme de mon souffle, à battre au tempo de mon coeur. J’ai l’impression qu’elles sont devenues indissociables de mon être, et c’est tellement plus douloureux encore, depuis.

Alors, non, moi, je ne veux pas le dire. Je ne veux pas dire « j’ai peur », comme ça, de but en blanc, comme s’il s’agissait d’une chose facile à prononcer, ni facile à entendre. Je n’en ai pas la force, mais lui, à côté de moi, l’a. « J'ai peur. » J’ai frissonné tout entier en l’entendant. « J'ai tout le temps peur tu sais. De ce monde. De ce que font les humains, les pokémons. Et plus que tout, j'ai peur de moi-même.» Mes doigts se serrent sur la canette, elle finira par être incapable de reprendre sa forme initiale si je n’arrête pas. Mais c’est plus fort que moi. S’il savait, ô Arceus, s’il savait à quel point je peux le comprendre. A quel point je le comprends. A quel point j’ai peur de tout, à commencer des humains et de leur folie, à commencer par moi, aussi. Moi et cette affreuse sensation que j’ai, celle de traîner la poisse à chacun de mes pas. A croire que ceux que j’aime finissent toujours par payer un peu trop cher mon affection, sans que je ne le demande. 

« Mais... même si c'est flippant, y a des choses qui en valent la peine quand même.» J’esquisse un sourire en coin. C’est sans doute vrai. Il y a des choses qui en valent la peine, qui valent le coup que l’on tombe parfois, s’écorche souvent et souffre tout autant. Il paraît que c’est ça, la vie. Se prendre des coups, et puis en donner en retour, morfler un peu, ramasser sévère, mais continuer d’avancer jusqu’au prochain point lumineux, petite accalmie avant de repartir à l’assaut des mers déchaînées. C’est presque un peu triste, dit comme ça. Mais c’est un peu l’impression que ça me fait. « C’est sans doute vrai... » Je crois qu’à trop souffrir, qu’à trop s’attarder sur les choses qui blessent et nous retiennent tels des boulets à la cheville, on oublie que regarder autour de soi, on oublie de se dire que ce n’est pas si terrible et qu’on respire encore, que c’est ça, l’important. J’ai oublié depuis longtemps. 

Mon sourire ne disparaît pas, il s’accentue même, alors qu’il répète son prénom, en exagérant peut-être un peu la prononciation. J’essaie d’imaginer à quoi il ressemble, orthographié. Mais j’abandonne vite, je hausse les épaules. « Je vais finir par faire comme ta soeur. Même si j’avoue que, Nity… y’a plus crédible que ça, comme prénom. » Mon ton se fait légèrement moqueur, mais pas méchant. C’est bon enfant, plus taquin qu’autre chose, et ça me fait bizarre de ne pas être à cet instant ce que la plupart appellent insolent. C’est ce que l’on me reproche, souvent. Mon impertinence, mon irrespect des plus grands. Je n’en ai que faire. Mais, là, l’envie de jouer les sales gosses ne me tente pas vraiment. Il y a quelque chose qui me force à être plus calme qu’à l’accoutumée, et je crois qu’il n’y a pas que le fait que Nithral ressemble à Belt —un peu. C’est autre chose, je le sais, je le sens même si je ne mets pas le doigt dessus. Il répond à mes questions, et je suis attentif comme je l’ai rarement été en quinze années de ma courte vie. Kanto… Je ne sais plus où c’est, en vérité. Les cours de géographie me paraissent déjà tellement loin… Trois ans. Il y a trois ans, je perdais Belt ; il y a trois ans, j’arrêtais l’école ; il y a trois ans, je crevais à l’intérieur. C’est beaucoup, pourtant, trois ans. Mais ça n’efface pas grand chose, pour ne pas dire rien, il faut croire.

« J'sais pas si j’serais capable de voyager, moi. Tout quitter, comme ça, et m’en aller loin… Des fois, j’en ai envie, mais j’crois que concrètement c’est pas fait pour moi. » Il faut dire, je ne connais qu’Unys. Les autres régions, je n’en connais que les noms, j’en ai même oublié certains, c’est l’inconnu face à moi, et ça m’effraie un peu. Je ne sais pas quels dangers existent, au-delà des frontières de la terre qui m’a vu naître. Je ne suis pas certain de vouloir les découvrir, d’ailleurs. « Ma mère est une Persian.» Je reviens à lui, je cligne des yeux. La sienne aussi ? Ça m’amuse, mais je réprime un commentaire. Je le laisse terminer, me renvoyer l’ascenseur. A lui de poser des questions ; je les aurais bien esquivées, mais il a répondu aux miennes.

Je termine ma canette en quelques gorgées, et puis je continue de jouer avec entre mes doigts. Je fais mine de réfléchir, alors que les réponses ne sont pas bien compliquées. Je jette un coup d’oeil à mon camarade, sourire en coin. « Dans l’mille. Un Noctali. Et ma mère est une Persian aussi… chromatique, et j’ai hérité d’elle. » Je n’en suis pas peu fier, de cette petite victoire à la roulette russe, au pile ou face. Combien de chances pour que j’obtienne moi aussi ce gène ? Il aurait pu se perdre, dans les méandres de tous les autres. Mais il est là, il coule dans mes veines, et ça ne me déplaît pas. « J'adore la nuit… C’est… J'sais pas. Calme. Beau. Oui, beau surtout. Les étoiles... » Je pourrais presque me mettre à rêvasser, mais je ne lui ai pas entièrement répondu, encore. « Et yep, j’ai toujours vécu ici. Je suis né à Cimetronelle, j’y ai grandi aussi. J’connais rien d’autre que cette région. » Je déglutis. J’ai peut-être pâli, aussi. Je ne sais pas. « Enfin… Si. J’en connais une autre, mais… Celle-là, pour sûr, plus jamais j’veux y retourner. » Je secoue la tête. Pourquoi j’en parle ?

La canette m’échappe, tombe à mes pieds. Je la récupère, et puis je me lève. Mon regard accroche une poubelle, à quelques pas de là, et je lance un regard à Nithral. « Cap de marquer, d’ici ? » Je vise, rien que quelques secondes, et puis je lance. La canette rebondit contre le rebord, dans un écho métallique, et puis vient s’échouer sur le sol. Je fais la moue, en m’avançant pour venir la récupérer, et la jeter directement cette fois-ci. « Puisque t’es dresseur, et que trois ans c’est pas rien, je suppose que t’as déjà pactisé avec des Pokémons ? Au moins un ? » J’hésite un instant, baisse d’un ton. « J’me suis toujours demandé… Fin, c’que ça faisait, de faire un pacte. Même si certains humains m’ont un peu passé l’envie, j’t’avoue. » Oh mon dieu, mon père me tuerait s’il savait la discussion que je tiens avec un humain, à l’heure actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Yûki
Admin
avatar

Messages : 680
Date d'inscription : 29/06/2012

Feuille de personnage
random: ici petit poney

MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   Dim 30 Juil - 2:27

Nity... ce simple surnom, enfantin, le ramène si loin en arrière. Il ne peut s'empêcher de penser à Dorothy. Enfant tendre et innocente, elle qui est son soleil. Même séparés, même loin l'un de l'autre, ils demeurent lié à jamais. “Quand je serai grande, j'épouserai Nity !” disait-elle, cette douce petite chose si précieuse à son cœur. Ça faisait rire leurs parents et lui il bombait le torse fièrement en disant qu'il la protégerait toujours. Et puis elle deviendrait son pokémon et ils seraient tous les trois sur les routes avec Kayla et ça serait beau et génial et... et ça n'arrivera jamais. La Reptincel est morte et lui n'a plus contacté sa famille depuis des mois déjà. Il n'ose pas. Trop de choses sont survenues et maintenant, il a plus peur encore. Oswald pourrait les prendre pour cible, il pourrait utiliser Dorothy s'il apprenait leur existence, s'il savait que l'une des nombreuses faiblesses de sa cible consistait en une hybride Miaouss encore jeune et non meurtrie par la vie et ses assauts douloureux. Préservez-la, suppliait Nithral. Il accepterait n'importe quelle épreuve supplémentaire, il y ferait face. Mais qu'on épargne au moins elle, qu'on lui laisse son âme intacte par pitié. 

Il chasse ces pensées. Tant qu'il se tient loin d'elle, tant qu'il reste un fantôme en fuite, silencieux pour le moment, elle devrait aller bien. Ils devraient aller bien. Nithral tourne la tête vers Flynn. Il sourit à son ton, à ses petites boutades pas méchantes. Il se demande si ça aurait ressembler à cela d'avoir un petit frère. Se chamailler, mais être capable de parler de choses sérieuses à la fois. Se dire des choses qu'on ne pourrait raconter à personne d'autre. Il aurait bien voulu, ça semble chouette. Et il s'étonne, il se surprends de tant de proximité, de tant de compréhension avec un enfant qu'il vient de rencontrer. Peut-être parce qu'ils sont décidément trop pareils tous les deux, trop fébriles et prêts à se briser à tout instant. Pourtant, il en est certain, Flynn est plus solide qu'il n'y paraît. Il ne sait pas ce qu'il a traversé, mais ça a dû être horrible. Suffisamment douloureux pour chuter et rester un moment à terre, sonné. Suffisamment pour envisager d'abandonner, de laisser tomber, de ne plus lutter. Pourtant, il se tient à ses côtés aujourd'hui. C'est qu'il tient bon, qu'il ne lâche pas non plus. Il a la volonté. 

Le dresseur joue avec le bord de sa canette, en traçant le contour du bout de l'ongle. Il a l'impression de s'entendre, encore une fois. Lui aussi au début avait peur. Il se croyait incapable de quitter sa Kanto natale, d'aller aussi loin. Pourtant il était là aujourd'hui, il avait fait tant de choses. 

— C'est normal de redouter... J'pensais pas en être capable. J'ai failli crever le premier jour en plus, dans le genre départ merdique c'était pas mal, aha. Mais même si c'est pas tous les jours facile et que ma famille me manque, je suis content. J'ai vu des tas d'endroits et j'ai envie d'en voir encore plus. J'ai rencontré toutes sortes de gens aussi, des humains comme des hybrides. Et j'ai découvert des choses sur moi, que je ne soupçonnais pas. J'essaie pas de te convaincre ou quoi mais... voyager c'est plutôt sympa. Quand t'es paumé, ça t'aide à te retrouver. Et puis, t'es libre. 

C'était bancale comme explication. Nithral ne se juge pas très doué avec les mots de toutes manières. Il se frotte un peu l'arrière de la nuque, se disant qu'après tout ce temps à expliquer des choses à Daeren constamment, finalement il n'était peut-être pas si bon professeur pédagogue que cela. Enfin il ne sait pas trop, s'il y a bien une chose qui ne change pas, c'est sa tendance à ne pas voir ses propres qualités... 

Il sourit à la mention de l'espèce à laquelle appartient Flynn, amusé aussi par le fait que sa mère soit une Persian également. Petit hasard sympathique qui leur donne un point commun supplémentaire.

— Cela te va bien. D'être un Noctali, je veux dire. Tu ressembles à la nuit que tu incarnes. C'est un peu comme si tu avais été façonné par le silence et le calme tombant du crépuscule. Et, ajoute-t-il avec un sourire en coin, j'aime la nuit aussi. 

Après tout, il voyage avec son incarnation. Lugia, le seigneur des abysses. Il ne compte plus d'ailleurs le nombre d'heures qu'ils pouvaient passer parfois, Daeren et lui, à rester dehors devant le feu de camp en train de mourir doucement, la chaleur des braises les réchauffant tandis qu'ils contemplent en silence les étoiles par millier et la lune immense veillant sur eux. Dans ces moments-là, nul besoin de mots entre eux. La quiétude de l'instant est parfaite. 

Il se redresse un peu, regarde Flynn viser la poubelle et le défier de marquer. La canette rebondit sans attendre son but. Nithral se lève à son tour, répondant à la petite provocation et lance, mais son tir est trop fort. La canette passe par-dessus la poubelle sans même la toucher et tombe derrière. Il fait la moue et va la chercher pour la jeter.

 Heureusement qu'on a plus besoin de lancer des balls comme autrefois, mes compétences en matière de précision sont assez piètres. Preuve qu'on a pas grand chose à craindre de moi, rigole-t-il un peu, railleur. 

Plus jeune, il avait lu quelques livres sur “Avant”, comme certains appelaient cette époque ou les pokémons n'étaient pas encore des hybrides. Il l'avait aussi étudié à l'école des dresseurs, durant ses années d'apprentissage. Apparemment, leurs ancêtres capturaient des pokémons en lançant les pokéballs dessus après les avoir affrontés et affaiblis. Méthode barbe de son avis, bien qu'il savait que beaucoup encore, partout dans le monde, étaient des défenseurs de ces vieilles pratiques et les regrettaient.

Parlant de cela, justement. Nithral est un peu surpris d'entendre l'autre le questionner sur l'aspect 'dresseur' de sa personne. Il a cru comprendre qu'il ne portait pas les humains dans son cœur, sans doute à raison. Mais il se pose des questions, il demeure curieux malgré tout. Il veut savoir, connaître ce qu'il craints. C'est compréhensible. Le jeune Stark reste debout, se dégourdissant un peu les jambes, faisant quelques pas devant Flynn. Il se sent un peu mieux, il n'a plus l'impression qu'il va tomber d'un moment à l'autre au moins désormais. C'est mieux. 

— Oui, je voyage avec un pokémon. Il s'appelle Daeren, il se repose à l'auberge pour le moment, on a fait un long voyage il faut dire. C'est un peu dommage, il t'apprécierait beaucoup je suis sûr, il adore rencontrer de nouvelles personnes en plus. Il sourit à cette simple mention, ne se doutant pas que le géant serait déjà en train de câliner le Noctali comme une peluche et de le questionner s'il était là. Comme toujours son visage s'adoucit à la mention du Lugia, ses yeux reflétant sa tendresse fraternelle à son égard. Ça fait un an qu'on est ensemble presque et avant, j-...

Il s’interrompt, ne parvenant à finir sa phrase qui meurt sur le bord de ses lèvres. Avant. Avant, il y avait Kayla. Avant il y avait la vie.

Nithral baisse les yeux, se mord l'intérieur de la joue. Il a fait son deuil, bien que les regrets demeurent, ainsi que la blessure d'avoir regarder Oswald briser la pokéball grisée devant ses yeux, impuissant. Ça fait encore mal. Pourtant, il sait que Kayla ne lui en veut pas. Qu'elle lui foutrait un bon coup de boule si elle était là, le traitant de bébé et lui disant d'avancer, de ne pas se retourner car ça ne servait à rien de toutes manières. C'est ce qu'il s'efforçait de faire. Il secoue un peu la tête, cherche à se calmer. Il s'interroge. Comment parler du pacte ? Comment expliquer à quel point se lier à ces pokémons qui avaient façonné son existence l'avait changé et sauvé ? 

— Je ne saurais trop dire... C'est différent pour chacun je suppose, mais pour moi... C'est comme retrouver une part de moi-même. J'ai l'impression d'être complet. Tu tisses un lien basé sur la confiance, le respect mutuel et l'amour . C'est quelque chose de particulièrement fort et l'autre devient une partie de toi. Tu es comme... lié à l'autre par un fil invisible, tu perçois ses émotions, sa présence. C'est un peu comme se tenir la main, constamment. Parce que tu sais que si tu tombes, l'autre est là pour te rattraper.

Il se frotte un peu la nuque. Encore une fois, il se rend compte qu'il ne doit pas être très clair. Mais il y croit. Il y croit vraiment. Ne sachant qu'ajouter, il sort la pokéball de Daeren de sa poche, dont il ne se sépare jamais. Les rayons pales du soleil se reflètent sur sa douce coque couleur mauve et il sent sa lourdeur dans sa paume à cause de leur sang mêlé qu'elle contient. Il la tend à Flynn, après une légère hésitation. C'est la première fois qu'il autorise quelqu'un d'autre, en dehors du Légendaire, à la toucher. 

— Pactiser, ça veut dire devenir une famille, des frères de sang. Pour moi du moins. Je sais que tout le monde ne pense pas de la même façon... notamment sans doute les humains que tu as du rencontrer avant. J'en suis désolé... 

Il a honte à leur place, de ce que ses semblables sont capables de faire aux hybrides, lui qui se sent plus proches des pokémons que des autres humains. Ça ne devrait pas être ainsi, mais Nithral sait qu'il est parfois trop naif. Ou du moins il l'était.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestencrine.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral   

Revenir en haut Aller en bas
 
Depuis qu'il fait toujours nuit sur lui ; Nithral
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» bbox sensation depuis 2 mois et toujours pas de TV en HD
» pas d'internet ni télephone depuis 1 mois - Bouygues ne fait rien!
» Ports ouverts mais toujours en low ID !!!
» Télécharger depuis 01net nuit gravement à la santé des PC
» mon ordi est t'il toujours proteger ?(résolu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Test d'Encrine :: SAVE :: Pokémon Rebirth :: Rhapsodie Flynn Miller-
Sauter vers: